Ce lundi 2 mars, vers 18 heures, une bonne centaine de personnes se sont réunies à Perpignan, devant la préfecture, pour protester contre le passage en force annoncé de la réforme des retraites à l’Assemblée.

Colère de rigueur ce lundi devant la préfecture. À l’appel des syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires, plus d’une centaine de personnes se sont rassemblées pour signifier leur indignation après l’annonce, ce samedi 29 février, du recours à l’article 49.3 de la Constitution pour faire adopter la réforme des retraites sans vote à l’Assemblée.

« On balaie le débat parlementaire d’un revers de la main. C’est un passage en force inacceptable, martèle Julien Berthélémy, du secrétariat départemental de la CGT. D’autant plus qu’on risque également d’avoir un autre passage en force sur l’âge pivot dans le cadre de la conférence de financement, qui n’avance pas… »

D’autres initiatives à venir

« Le 49.3 sera le chewing-gum qui collera au soulier de Macron, promet pour sa part le secrétaire départemental de FO, Jérôme Capdevielle. Son utilisation confirme ce que nous avons toujours dit : le gouvernement est bien le seul à être convaincu du bien-fondé de cette réforme. » 

Persuadée qu’obtenir le retrait pur et simple du texte est encore possible, l’intersyndicale appelle à une nouvelle mobilisation devant la préfecture ce mardi 3 mars, sur les coups de midi. Une retraite aux flambeaux « délocalisée » est également prévue ce jeudi 4 à Céret. Rendez-vous à 18 h 30, place Picasso.

L’Indépendant – Arnaud Andreu