Communiqué de la Fédéchimie FO

C’est un coup de massue que viennent de prendre sur la tête les 619 salariés de l’usine Michelin basée à La Roche-sur-Yon (85).

Au prétexte d’une concurrence « féroce » venue d’Asie (propos de Florent Menegaux/P-DG de Michelin), le géant du pneumatique Français vient d’annoncer la fermeture pure et simple de son usine Vendéenne fin 2020, jetant ainsi à la rue plus de 600 salariés et ce malgré des bénéfices de 1,6 milliard d’euros en 2018.

Fabricant de pneus poids lourds depuis 1972, cette usine, qui a bénéficié comme beaucoup d’autres d’aides publiques pendant de nombreuses années pour maintenir voire créer des emplois sans compter les salariés qui ont été contraints de faire des concessions dans le cadre d’accords de compétitivité, a décidé de tourner la page après plus de 45 ans d’existence.

Michelin, reconnu mondialement dans son domaine d’activité aura, avec La Roche-sur-Yon, fermé son onzième site industriel en Europe depuis 2009. L’avant-dernier étant très récent puisqu’il s’agit du site de Bamberg en Allemagne (annonce faite fin septembre 2019) avec 850 salariés licenciés.

La Fédéchimie ne peut que constater que seuls les profits intéressent le manufacturier, le social étant relayé au second plan.

Devant cette catastrophe humaine qui s’annonce, la Fédéchimie tient à apporter tout son soutien au syndicat FO ainsi qu’à tous les travailleurs du site de La Roche-sur-Yon de même qu’elle soutiendra toutes les actions qui seront menées pour préserver un maximum d’emplois.


Source: Éditoriaux de jean-claude Mailly