Récemment, le secrétaire départemental du syndicat FO, Jérôme Capdevielle, et son adjointe, Béatrice Surjus, ont rencontré le Premier ministre Jean Castex à Matignon. Pour lui présenter des pistes de réflexion afin de relancer l’emploi dans les Pyrénées-Orientales. Parmi celles-ci : l’instauration d’un « CDI saisonnier ».

Le secrétaire départemental de FO, Jérôme Capdevielle, le reconnaît. Les dispositifs de relance nationaux ont le mérite d’exister. « Mais depuis des décennies, ils n’ont jamais fonctionné dans les Pyrénées-Orientales, constate-t-il. Nous sommes toujours en décrochage économique (20 % de taux de chômage à l’heure actuelle…). Nous pensons que, comme lorsqu’on a affaire à un malade incurable, il faut tenter toutes les thérapies possibles et faire du département un territoire expérimental en matière économique et sociale. »

Forts de ce raisonnement, Jérôme Capdevielle et son adjointe, Béatrice Surjus, se sont rendus ce mardi 9 mars 2021 à Matignon pour présenter leurs propositions dans ce domaine au Premier ministre, Jean Castex, auparavant maire de Prades. « Nous souhaitons nous inscrire dans un syndicalisme de proposition, sans pour autant abandonner la contestation, souligne le secrétaire de FO66. Il est important que les choses bougent dans ce département en matière d’emploi. On ne demande pas de favoritisme, mais un traitement à la hauteur des enjeux spécifiques du territoire. »

 

  • Former des professionnels de la saison

 

Les syndicalistes catalans ont soumis une dizaine de propositions au Premier ministre. Parmi celles-ci : l’idée d’expérimenter un « CDI saisonnier », qui permettrait de répondre à une « importante problématique locale ». Et pour cause : le syndicat estime qu’environ 50 000 personnes seraient concernées par le travail saisonnier (tourisme, etc.) en pays catalan.

« Un CDI saisonnier permettrait de fidéliser les salariés en sécurisant leurs contrats, plaide Jérôme Capdevielle. Cela pourrait passer par une sorte de mutualisation, qui fonctionnerait un peu comme un groupement d’employeurs mais serait pilotée par un établissement public. Ce serait du gagnant-gagnant. Les salariés ne seraient plus en contrat précaire, ils pourraient avoir accès au crédit et les employeurs pourraient piocher dans ce pool d’employés, qui seraient de véritables professionnels de la saison, immédiatement opérationnels. De plus, durant l’intersaison, ils pourraient se former, monter en compétences. »

Reste à savoir si les pouvoirs publics se saisiront de cette proposition.

D’autres propositions pour la relance locale signées FO
Aéroport de Perpignan/Rivesaltes. « Nous aimerions qu’il y ait une réflexion sur un système de fonctionnement hybride, où l’État s’impliquerait en plus de la Région afin de garantir la pérennité des liaisons avec Paris. Cela permettrait de donner une visibilité aux entreprises, afin de les inciter à s’installer dans le département. »

Un dispositif « Territoire zéro chômeurs de longue durée » sur l’ensemble du département. « Ce dispositif, qui a déjà fait l’objet d’une signature sur la communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris, vise à aller chercher les chômeurs de longue durée pour construire avec eux leur emploi de demain. Nous pensons qu’il faut le développer à plus grande échelle. »

Un « bonus territoire emploi public ». « Dans le cadre de la décentralisation de certaines missions nationales de la fonction publique, on aimerait aussi qu’il y ait une réflexion sur la possibilité d’attribuer des crédits d’État spécifiques pour inciter les administrations à créer des emplois dans les départements en difficulté. »

Une Unité hospitalière spécialement aménagée pour les détenus. « La création d’une telle structure dans laquelle on peut affecter des détenus atteints de troubles psychologiques permettrait de créer 150 emplois. »

 

Publié le 19/03/2021 – L’indépendant – Arnaud Andreu