Il y avait foule ce jeudi à la  salle Jordi-Barre de Pollestres. 300 adhérents locaux de Force ouvrière ont participé à la traditionnelle réunion de rentrée du syndicat.
À deux mois des élections professionnelles dans la fonction publique, qui auront lieu le 6 décembre, le secrétaire national de confédération générale des fonctionnaires FO, Christian Grolier, est venu galvaniser les troupes.
« Le principal point sur lequel nous comptons insister est la défense du statut général de fonctionnaire, que le gouvernement veut remettre en cause, indique le syndicaliste. Il envisage également
d’embaucher de plus en plus de contractuels (emplois précaires) et de mettre en place la rémunération au mérite. Nous ne transigerons pas sur ces questions. On demande un plan de titularisation des contractuels et un plan pluriannuel d’augmentations de salaires pour compenser la perte de pouvoir d’achat. »

 

  • Rester leader 

À l’issue des dernières élections professionnelles dans la fonction publique (celles de 2014), FO se présente comme le troisième syndicat du secteur au niveau national et comme le premier dans le département. Lors de la réunion de jeudi dernier, les militants ont également évoqué à plusieurs reprises l’importance de la journée de mobilisation interprofessionnelle de mardi prochain, qui vise à défendre les retraites, la fonction publique et le modèle social français en général. Petite originalité : dans les Pyrénées-Orientales, le syndicat de cadres CFE-CGC a rejoint la CGT, FO, la Fédération autonome (FA), la FSU et Solidaires dans le mouvement. Une intersyndicale élargie.

 

L’Indépendant – édition du 6 octobre 2018 – Arnaud Andreu