Une seconde de différence !

A l’heure de l’omniprésence des écrans connectés dans nos vies, ce livre s’interroge sur notre capacité d’attention et surtout sur l’intérêt (pas du tout désintéressé) qu’elle suscite chez certains.

Partant d’une double annonce de Google – nous avons réussi à calculer le temps d’attention réel du poisson rouge : il est de 8 secondes ; nous avons réussi à calculer le temps d’attention des millénials (la génération née entre 1980 et 1995) : il est de 9 secondes – il dénonce les dérives d’un modèle de servitude digital volontaire établit par les nouveaux maîtres du monde : les capitalistes du numérique et leur économie de l’attention.

Alors que les inventeurs du numérique œuvraient pour la mise en place d’un système gratuit et collaboratif devant générer une conscience planétaire collective au service de l’humanité, le développement des GAFAM s’est fait sur la production d’algorithmes de plus en plus pointus en vue de nourrir en permanence cette attention, ce temps de captation avant décrochage.

Par l’utilisation de la multitude des données collectées et le concours des sciences comportementales s’est constitué une économie de la dépendance et de l’addiction. Proposition de nouvelles applications, publicités ciblées : l’homme est devenu transparent et malléable, fonctionnant en circuit fermé car ne recevant que les informations correspondant à son profil. Le danger, c’est de se créer une réalité conforme à soi-même mais unique et de perdre une réalité commune qui fonde le collectif.

La liberté s’exerce dans la maîtrise et le sens critique, il s’agit donc de trouver la juste connexion, basée sur 4 ordonnances : sanctuariser l’espace, préserver le temps, expliquer et ralentir.

 

La civilisation du poisson rouge – Petit traité sur le marché de l’attention, Bruno Patino. Le livre de poche, 162 pages, 7,20 euros


Source: Éditoriaux de jean-claude Mailly