Le Premier ministre vient d’annoncer une nouvelle série de mesures pour lutter contre le retour de la pandémie du coronavirus. Il n’a pas vraiment convaincu. Aperçu dans la presse.

Le Parisien

Le quotidien titre : Épidémie du Covid-19 : le « tous vigilants » de Jean Castex est-il suffisant ? Les professionnels de santé restent sur leur faim après les déclarations du Premier ministre ce vendredi [11 septembre] et ils s’interrogent sur leur efficacité à la remontée du virus. Il n’y a pas que les professionnels de la santé qui s’interrogent.

Libération
Un Conseil de défense qui accouche d’une souris…mais un Premier ministre pour le dire. Vendredi, c’est finalement à Jean Castex qu’il est revenu d’annoncer un petit renforcement des trois piliers de la stratégie de riposte anti-covid : le dépistage des personnes infectées, le traçage des cas contacts et l’isolement des sujets malades et à risque. La veille, Emmanuel Macron, tout à son souci de permettre aux Français de « continuer à vivre », avait averti que « ce ne serait pas le grand soir ». Et le quotidien de préciser sur une possible embauche de contrôleurs : En décidant de renforcer le nombre d’enquêteurs des agences régionales de santé et de la Caisse nationale d’assurance maladie chargés de remonter les chaînes de contamination -2000 personnes seront recrutées-, le Premier ministre veut remédier à un « trou dans la raquette du traçage ».

Les Échos

Qui décide de quoi au sommet de l’État : Il ne faut pas compter sur l’État central pour prendre directement de nouvelles mesures restrictives, a redit le Premier ministre, Jean Castex, vendredi, après la tenue du Conseil de défense. Deux jours auparavant, le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, avait pourtant appelé le gouvernement à « prendre des décisions difficiles ». Mais le Premier ministre l’a répété : ce sera aux préfets, après concertation avec les autorités locales, de durcir les règles -en cas de besoin- dans les zones rouges, qui sont souvent aussi des grandes zones urbaines. Et quid du monde hospitalier : Pour l’instant, le système hospitalier du pays n’est pas sous tension. Néanmoins, « il n’y aura pas de ligne Maginot », a prévenu Jean Castex.

Le Journal du Dimanche
La France est à nouveau morcelée, avec 42 départements classés en rouge (où le taux d’incidence dépasse 50 cas pour 100.000 habitants) et des zones critiques autour de Marseille et Bordeaux ainsi qu’en Guadeloupe Mais au lieu de décisions générales déclinables localement, le Premier ministre en a, pour l’essentiel, appelé au « sens de la responsabilité » des Français, sans préciser une stratégie ni renforcer les contraintes. Résultat : une impression de flou. C’est le moins qu’on puisse dire.


Source: Éditoriaux de jean-claude Mailly